La pédagogie Montessori

Pre­mière femme médecin ital­i­enne, Maria Montes­sori se con­sacra d’abord à l’éducation des enfants présen­tant une défi­cience men­tale et mit au point une péd­a­gogie ouverte basée sur des valeurs fortes (respect, tolérance, con­fi­ance en soi) et sur un matériel péd­a­gogique spé­ci­fique. Elle appli­qua par la suite cette méth­ode aux enfants défa­vorisés en créant la pre­mière casa dei bam­bi­ni à Rome avant de la présen­ter à la com­mu­nauté inter­na­tionale. Cette péd­a­gogie est actuelle­ment recon­nue dans le monde entier et mise en œuvre dans plus de 20 000 écoles répar­ties sur les 6 continents.

L’ambiance

Maria Montes­sori a imag­iné une nou­velle approche péd­a­gogique de l’éducation de l’enfant. À tra­vers son tra­vail, elle acquiert la con­vic­tion que tous les enfants nais­sent avec un poten­tiel humain extra­or­di­naire, mais que celui-ci ne peut se dévelop­per que si les enfants sont stim­ulés cor­recte­ment par les adultes dès les pre­mières années de leur vie.
Les enfants tra­vail­lent naturelle­ment dans le calme et le silence, cha­cun con­cen­tré sur son activ­ité, sans déranger ni être dérangé par les autres.

Ambiance montessori


La vie pratique

La vie pra­tique c’est pren­dre soin de soi et de son envi­ron­nement. L’en­fant va répéter les gestes sur du matériel qui va lui per­me­t­tre d’amélior­er ensuite ses gestes du quo­ti­di­en comme se vers­er un verre d’eau à table ou s’habiller.
Vers 2 ans, l’en­fant a le souci de l’or­dre, il est intéressé par des activ­ités comme pass­er le bal­ai, dépous­siér­er, laver et pli­er le linge…
A tra­vers les divers­es manip­u­la­tions de ce matériel l’en­fant apprend à coor­don­ner ses gestes, à s’or­gan­is­er, à per­fec­tion­ner ses mou­ve­ments, prenant ain­si con­fi­ance en lui.

.Vie pratique montessori

La vie sensorielle

Maria Montes­sori a mis en avant l’importance du développe­ment des sens chez l’enfant. Le matériel qu’elle a élaboré l’aide à décou­vrir de façon sen­sorielle les con­cepts de base tels que la notion de longueur, la dif­férence de hau­teur ou de diamètre entre dif­férents objets.

.

La tour rose - maria montessori

 

La méthode de travail

L’éducateur présente une activ­ité à l’enfant de manière indi­vidu­elle en s’asseyant à sa gauche et en réal­isant des gestes par­ti­c­uliers, sans faire de bruit. C’est ensuite au tour de l’enfant de repro­duire ces gestes pour les retenir et être capa­ble de les refaire seul.


Les activ­ités déjà présen­tées sont en libre ser­vice pour les enfants qui peu­vent choisir ain­si celles qu’ils n’ont pas entière­ment réussies et pro­gress­er à leur rythme. Dans ce con­texte l’éducateur reste présent en tant que sim­ple obser­va­teur, pour laiss­er à l’enfant suff­isam­ment d’initiative. Il inter­vient unique­ment lorsque l’enfant en ressent le besoin, dans le but de lui apporter une aide ou une infor­ma­tion sup­plé­men­taire. Il doit néan­moins veiller à éviter que ces inter­ven­tions ne soient perçues comme un échec par l’enfant, et ne lui fassent per­dre con­fi­ance en sa capac­ité de réus­sir seul. L’autocorrection offerte par la qua­si-total­ité du matériel (par exem­ple la com­para­i­son d’une forme obtenue par l’enfant avec une forme de référence) per­met à l’enfant de décou­vrir et de sur­mon­ter ses erreurs.


Selon Maria Montes­sori, chaque enfant est unique. Il a sa per­son­nal­ité pro­pre, son rythme de vie et ses dif­fi­cultés éventuelles. C’est pourquoi les édu­ca­teurs veil­lent à respecter ce rythme, per­me­t­tant à l’en­fant de s’épanouir.


Les bienfaits de la pédagogie Montessori

L’un des aspects essen­tiels de la péd­a­gogie Montes­sori est d’encourager l’autonomie et l’initiative chez l’enfant, et ce dès le plus jeune âge. En découle alors un plaisir d’ap­pren­dre car­ac­téris­tique de cette méth­ode. Les enfants appren­nent le respect des autres et s’é­panouis­sent, cha­cun à son rythme. 


Mathématiques

l’en­fant décou­vre les math­é­ma­tiques en manip­u­lant du matériel con­cret. Les bar­res rouges et bleues en pre­mier pour con­naître la numéra­tion jusqu’à 10 et en par­al­lèle les chiffres rugueux. Ensuite il asso­cie les chiffres aux barres.
Les fuse­aux, pair et impair ou les noisettes et bil­lets sont des activ­ités per­me­t­tant de bien assim­i­l­er ces notions. Enfin, il décou­vre les grands nom­bres et les opérations.

Pédagogie montessori - mathématique


Langage – Lecture

Vers 4 ans, l’en­fant est sen­si­ble au lan­gage, il apprend alors facile­ment des mots com­pliqués sur les thèmes qui le pas­sion­nent (géo­gra­phie, botanique, zoologie…).
L’é­d­u­ca­teur l’aide à pren­dre con­science des sons qui com­posent un mot par le jeu « Je devine ». Exem­ple, l’en­fant a 3 objets qui ne com­men­cent pas par le même son, devant lui, et on lui demande quel objet com­mence par le son [a].
Puis on lui présente les let­tres rugueuses en dis­ant le son de chaque let­tre. Par­al­lèle­ment, il apprend à les écrire sur tableau, ardoise puis cahi­er. Quand l’en­fant en con­naît quelques unes, il écrit des petits mots grâce à l’al­pha­bet mobile. En péd­a­gogie Montes­sori, l’en­fant apprend en effet à écrire avant de savoir lire. Il réalise alors les dic­tées muettes : il regarde une image d’un mot qu’il con­naît et cherche les sons com­posant ce mot. Quand il est à l’aise dans l’écri­t­ure des let­tres, il peut écrire les dic­tées muettes directe­ment sur son cahier.
De nom­breux jeux de lec­ture favorisant tou­jours la com­préhen­sion et le mou­ve­ment de l’en­fant vont l’aider ensuite à accéder à la lecture.

Montessori - langage - lecture


Sciences

Nous choi­sis­sons de tra­vailler par thème sur l’an­née ou par péri­odes. Dans ce cadre nous inté­grons des activ­ités de géo­gra­phie, zoolo­gie, botanique… Nous lisons des doc­u­men­taires et réal­isons des expéri­ences. Par exem­ple, nous avons tra­vail­lé sur le thème des dinosaures une péri­ode. Les enfants ont réal­isé l’ex­péri­ence du vol­can et ont joué les paléon­to­logues en fouil­lant dans la terre pour trou­ver des os de dinosaures.

Pédagogie alternative  - sciences


Géographie

Le matériel Montes­sori en géo­gra­phie est égale­ment sen­soriel. L’en­fant com­mence par touch­er les globes, puis réalise les cartes des con­ti­nents comme des puz­zles à encas­trements. Plus tard, il apprend le vocab­u­laire des con­ti­nents et des pays qui les com­posent, puis les dra­peaux, les mon­u­ments et les dif­férentes cultures.

Montessori - Géographie